Manon, d’ingénieur à clown !

Nouveau portrait.

Merci beaucoup à Manon d’avoir accepté mon invitation à témoigner.

Un parcours très intéressant, à la recherche du bonheur et de l’épanouissement.

Belle découverte!


namartphoto1600wm-004-150514-manonassali-007

 Parle-nous de toi, qui es-tu ?

Je m’appelle Manon, j’ai 27 ans. Je suis clowne, comédienne et formatrice en anglais. J’adore le contact avec les enfants, leur énergie, leur innocence : le monde des possibles leur est ouvert.

J’adore la nature, me balader en vélo le long d’une rivière, marcher dans la forêt, m’allonger dans un pré pour regarder les nuages passer, sauter dans les vagues et me laisser caresser par le soleil.

J’adore chanter, danser, les concerts qui font vibrer. Peindre, dessiner, écrire quand l’envie me prend. Les spectacles, les films, les livres qui dorent le cœur et ouvrent l’esprit.

J’adore explorer toutes les facettes de ma personnalité. Le clown et le travail de l’acteur sont des outils formidables pour toujours aller plus loin dans la connaissance de soi, l’amour de soi, et le partage, la générosité d’être.

Ce qui me rend heureuse chaque jour : rire, donner et recevoir de l’amour, manger quelque chose de délicieux.

Peut-être bien qu’au fond je suis une hippie… 😛

Quel(s) diplôme(s) possèdes-tu aujourd’hui? Comment s’est déroulé ton parcours scolaire ?

J’ai un double-diplôme d’ingénieure INSA Rouen-Chimie des Procédés / Cranfield University -Advanced Materials.

J’ai été une bonne élève. J’ai toujours été curieuse, aimé comprendre comment fonctionnait le monde. J’ai suivi des études scientifiques parce que ça me plaisait.

Plus mes études devenaient techniques, plus mon horizon s’ouvrait : en parallèle j’ai commencé la photographie, la musique, la réalisation, le théâtre en anglais. Toujours des petites touches par ci par là, des petits projets qui me plaisaient…

Je suis diplômée du Conservatoire de théâtre de Roubaix.

L’emploi pour toi, ça se passe comment aujourd’hui?

Aujourd’hui, mon emploi c’est moi qui le crée, au fil des rencontres. Je travaille en fonction de moi, mes envies, mes valeurs. Chaque jour je réalise des actions qui ont du sens pour moi. Chaque jour, je sors de ma zone de confort pour chercher plus loin ce qui me fait vibrer et grandir.

Être sur scène : me sentir libre et vivante, proposer de grandes sensations et émotions à vivre au spectateur, les emmener dans un ailleurs meilleur le temps d’une représentation.

Accompagner en anglais : écouter, encourager, libérer, transmettre dans la joie pour faciliter le quotidien, pour améliorer notre rapport au monde.

 

Et avant, tu faisais quoi ?

Avant, j’étais ingénieure. Je passais mes journées derrière un ordinateur, à négocier des prix au téléphone avec des fournisseurs à l’autre bout du monde, à établir des schémas techniques dont je ne comprenais pas la fonction.

 

Pourquoi ces changements ? Quel a été le déclic ?

Dans mes études, je me suis spécialisée par élimination. A la fin de chaque stage professionnel je me disais « ah non ce n’est pas ça que j’ai envie de faire tous les jours », jusqu’à ce que ce soit mon travail que je n’ai plus eu envie de faire tous les jours. J’étais malheureuse.

Mon chef de l’époque m’a dit « Tu mets trop de cœur dans ton travail ». J’ai réalisé que je ne souhaitais pas travailler autrement. C’est lui qui m’a conseillé de me lancer dans le théâtre, il voyait que ça me plaisait tant. Un homme exceptionnel ;).

L’orientation scolaire, ça s’est passé comment pour toi ?

Je me souviens d’un seul rendez-vous avec une conseillère d’orientation au collège. Je lui ai dit que je voulais être représentante dans une grande boîte et présenter notre produit révolutionnaire à nos clients du monde entier. Bref, je voulais voyager et rencontrer des gens.

C’est drôle mais à l’époque je crois que j’avais surtout cette envie parce que ça paraissait un travail de rêve pour mes parents.

Et tes parents alors, ils sont en accord avec tes choix/envies ?

Mes parents m’ont toujours soutenu « Tout ce que je souhaite c’est que tu sois heureuse ».Mais maintenant que je n’ai pas un emploi « stable », ni un salaire fixe (pas encore) je sais que c’est une source d’angoisse pour eux.

Mon rapport au travail et à l’argent a beaucoup changé. Je suis revenue à mes essentiels, à une vie plus simple aussi je crois.

Je sais que mon père, qui a consacré sa vie à son travail, ne partage pas cette philosophie ; mais il accepte mon mode de vie actuel et c’est agréable.

Un mot à ajouter pour les jeunes d’aujourd’hui et leurs parents ?

Le monde du travail actuel me paraît en perpétuelle évolution. Autant accompagner cette évolution en créant/trouvant un métier qui ait du sens pour nous et qui nous rende heureux.

Je crois plus en l’humain qu’en nos diplômes. Faîtes confiance à vos enfants. Chacun possède de grands atouts qu’il ne lui reste qu’à découvrir.


Merci Manon pour ton témoignage et l’énergie qui en découle.

Vous aussi vous souhaitez témoigner?

Envoyez-moi un petit mot à contact@adequatmot.com !


Pour retrouver Manon :

https://www.facebook.com/ItsGreatAnglais

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s