Marion, une reconversion pour concilier vie familiale et vie professionnelle

Nouveau portrait .

Merci beaucoup à Marion d’avoir accepté mon invitation à témoigner.

Un témoignage très enrichissant.

Belle découverte!


marion jalabert

Parle-nous de toi, qui es-tu ?

Je m’appelle Marion, j’ai 40 ans et je suis maman de deux garçons de 8 et 5 ans et enceinte du troisième (garçon, fille ? Surprise !).

Je suis actuellement en pleine reconversion professionnelle et j’ai décidé de changer complètement de métier et d’environnement de travail : je suis des formations pour devenir réflexologue et me spécialiser dans les massages et l’accompagnement des femmes enceintes et des bébés.

L’idée pour moi et le principe de mon choix de ma nouvelle vie professionnelle est de pouvoir allier vie pro et vie perso (surtout pour mes loulous) et de pouvoir ajuster mon rythme comme je le souhaite et pas comme quelqu’un (un chef par ex) l’a décidé.

 Quel(s) diplôme(s) possèdes-tu aujourd’hui? Comment s’est déroulé ton parcours scolaire ?

Globalement mon parcours scolaire s’est déroulé relativement sans accroche jusqu’à la seconde où cela s’est bien corsé pour moi. N’ayant pas d’envie précise de métier, c’était compliqué pour moi de me projeter et de faire des choix. Tout ce que je savais c’est que je n’étais pas une scientifique, ce qui à l’époque était assez mal perçu.

J’ai un bac Economie et Social (B à l’époque) en 1994. Ensuite, comme je ne savais pas quoi faire exactement, j’ai eu un parcours un peu particulier.

En 1994-1995, j’ai suivi une première année en fac d’Histoire Géo et comme je n’ai pas décroché ma première année et que je ne voyais pas où j’allais avec ça mes parents m’ont proposé de partir en Angleterre en tant que jeune fille au pair tout en réfléchissant à ce que je voulais faire comme études, ce que j’ai fait pendant 6 mois (cela a été très enrichissant) en 1996.

A la suite de cela, j’ai intégré un IUT Techniques de Commercialisation parce que les matières, notamment le marketing, me donnaient envie, entre 1996 et 1998.

Après l’IUT, en 1998-1999, j’ai fait une année de spécialisation en marketing et surtout en alternance parce que j’avais peur de sauter le pas de la vie active. Je trouvais trop dur de passer de la vie étudiante, insouciante, au monde du travail. Cette transition a été très intéressante et j’ai beaucoup apprécié.

J’ai été ensuite embauchée dans la société dans laquelle j’avais fait mon apprentissage. Puis en 2009, j’ai fait une demande de reprise d’études pour suivre un Master 2 en Marketing et Commerce à l’IAE de Lille et j’ai suivi cette formation.

L’emploi pour toi, ça se passe comment aujourd’hui?

Aujourd’hui, je suis au chômage (c’est une décision de ma part) parce que j’ai fini par faire un épuisement professionnel en avril 2014 et qu’il était important pour moi de reprendre ma vie en main et de me tourner vers mes vraies inspirations.

Et avant, tu faisais quoi ?

J’ai exercé plusieurs métiers :

–     J’ai commencé par travailler dans une société de service Marketing informatique (gestion de base de données) au service fidélisation commerciale : j’étais Responsable de comptes, je gérais un portefeuille de clients. J’ai fait cela pendant 7 ans.

–     Ensuite j’ai changé de société, toujours dans le même environnement, pour un poste avec plus de responsabilités mais toujours au service commercial fidélisation et je suis passée Responsable Grands Comptes.

–     J’ai changé de poste au bout d’un an, épuisée par le système, pour passer au service commercial prospection en tant que Responsable Commerciale : je devais trouver les nouveaux clients et répondre aux appels d’offres. J’ai fait cela pendant un an avant d’avoir mon premier garçon.

–     A la suite d’un congé parental, j’ai demandé à ce que mon contrat soit arrêté, ce qu’ils ont accepté et l’année d’après en 2009 j’ai suivi ma formation.

–      Pendant ma reprise d’études, j’ai fait un stage chez Castorama au siège social pendant un an.

–     J’ai été embauchée à la suite de mon stage et je suis restée 5 ans chez eux où j’ai été Chef de Projet, Chargée d’études marketing et Data Manager.

Pourquoi ce(s) changements(s) ? Quel a été le « déclic » ?

Cela faisait longtemps que je me posais des questions sur ma vie professionnelle et sans pouvoir dire ce que je voulais faire, je savais que je ne voulais pas travailler dans le marketing jusqu’à ma retraite.

En 2013, j’ai entrepris un travail avec l’APEC en utilisant un de leur service qui s’appelle Perspective et qui permet de faire le point sur sa carrière et ses envies. Mon idée en allant là-bas était de trouver quelles étaient mes aspirations profondes pour ma vie professionnelle : qu’est-ce que tout au fond de moi j’étais, et/ou j’avais, qui me permettrait d’être pleinement accomplie dans ma vie.

Il s’est avéré que cela a confirmé que je n’étais pas complètement à ma place et qu’il faudrait que je change à terme mais il n’y avait pas forcément d’urgence.

En avril 2014, j’ai fait mon épuisement et là je me suis dit que c’était le moment de mettre en place mon projet, c’était un peu une question de « vie ou de mort ». En accord avec mon conjoint, j’ai décidé d’aller jusqu’au bout de mon idée.

L’orientation scolaire, ça s’est passé comment pour toi ?

Il y a eu des tentatives, mais globalement, je ne peux pas dire que les choses proposées aient été probantes pour des enfants comme moi qui n’avaient absolument pas d’idée sur ce qu’ils voulaient faire.

Je me souviens de réunion avec des conseillers d’orientation au collège.

Ensuite comme jusqu’en seconde, je n’avais pas de soucis, je grimpais les niveaux les uns après les autres. En seconde, j’ai du me battre avec mes parents pour que mon professeur principal me laisse passer en première économique.

Et tes parents alors, ils sont en accord avec tes choix/envies ?

Mes parents ont toujours été derrière moi et avec moi dans mes choix. Ils voulaient juste que je sois bien et que je trouve ma voie.

Mais moi, je voulais leur faire plaisir et avoir un « vrai » métier, reconnu.

Un mot à ajouter pour les jeunes d’aujourd’hui et leurs parents ?

Je sais que ce n’est pas évident de trouver ce que l’on veut faire mais:

je pense qu’il faut écouter ses envies, ses goûts et pour cela il faut s’écouter.

Bon OK facile à dire et pas forcément à faire !


Merci Marion pour ce magnifique témoignage.

Un parcours riche, qui commence avec une orientation difficile car « pas d’idée de ce que je veux faire », un échec à l’université et ensuite de belles réussites tant professionnelles que personnelles.

Vous aussi vous souhaitez témoigner?

Envoyez-moi un petit mot à contact@adequatmot.com!


 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s